Home » cours » 2.2.1. Traités de Westphalie : l’étude critique de document

2.2.1. Traités de Westphalie : l’étude critique de document

Rappel méthode p. 24-25

Sujet : Etude critique de documents

ch05_138_critique_doc1

De quelle manière ces traités mettent-ils en place la paix en Europe en 1648 ?

PLAN d’étude :

1re partie /
Des modifications territoriales limitées mais qui mettent fin à l’hégémonie des Habsbourg en Europe
(
doc 1 p. 138)

2e partie /
Les bases d’un droit international fondé sur la souveraineté des Etats
(
doc 5 p. 139)


Eléments de correction :

1re partie

  • La guerre de Trente Ans débute en 1618 par l’opposition de la Bohême protestante à l’empereur catholique du Saint-Empire Romain germanique. L’affrontement implique progressivement tous les États allemands mais aussi le Danemark, la Suède et la France qui prennent les armes à leur tour contre les Habsbourg. Une grande partie de l’Europe est en guerre.

  • La France et la Suède sont considérées comme les vainqueurs de cette guerre. La carte de l’Europe après la signature des traités de Westphalie (à Münster entre la France et le Saint-Empire et entre l’Espagne et les Provinces-Unies, et à Osnabrück entre la Suède et le Saint-Empire) est cependant peu bouleversée par rapport à 1618 : les changements territoriaux sont en fait minimes. Ainsi, la France obtient l’Alsace méridionale, et la Suède une partie de la Poméranie.

  • Le traité met fin à la guerre d’indépendance des Pays-Bas débutée sous Philippe II (1568-1648)). Il reconnait l’indépendance des Provinces-Unies qui s’étaient proclamées indépendantes en 1581. Cette reconnaissance participe au rééquilibrage des puissances en Europe puisqu’elle affaiblit la puissance des Habsbourg dont l’hégémonie européenne était redoutée par la France, menacée d’encerclement.

  • Bien que restée neutre pendant la guerre de Trente Ans, la Suisse, qui se considère déjà comme indépendante depuis 1499 (fin de la guerre de Souabe par le traité de Bâle), obtient, par les traités de Westphalie, la reconnaissance officielle de son indépendance à l’égard du Saint-Empire.

  • Contrairement à l’idée reçue selon laquelle les traités de Westphalie fragilisent le Saint-Empire, ils rendent en fait possible son existence malgré les divisions religieuses en partie à l’origine de la guerre de Trente Ans. Les traités reconnaissent, non seulement le catholicisme et le luthéranisme, mais aussi le calvinisme. À partir de 1648, la tolérance religieuse dans l’Empire est appliquée aux sujets mêmes du Saint-Empire qui peuvent suivre le culte de leur choix y compris lorsqu’il est différent de celui de leur prince (fin de la règle cujus regio ejus religio décidée au compromis d’Augsbourg en 1555).

2e partie

  • décision de donner une autonomie aux États allemands dont la souveraineté est reconnue au sein de l’Empire à condition qu’elle n’aille pas à l’encontre de ce dernier. Cette disposition est importante pour les États allemands protégés d’un abus de pouvoir ; elle l’est aussi parce qu’elle assure la stabilité de l’Empire. Elle l’est enfin car, pour la première fois, la souveraineté des États est reconnue par un congrès de paix ce qui constitue une avancée décisive dans les relations entre États.

  • Ces traités reposent sur l’idée de relations apaisées entre deux États souverains. Le doc 5 évoque « une paix chrétienne, universelle et perpétuelle », qui n’est pas effective au XVIIe siècle mais qui fait son chemin aux XVIIIe et XIXe siècle.

  • Si les traités n’ont pas créé un système institutionnel des relations entre États, ils ont cependant amorcé l’établissement de principes de fonctionnement qui seront à la base des relations internationales futures. En effet, la volonté des États vainqueurs, en particulier celle de la France, d’empêcher l’hégémonie des Habsbourg en Europe (considérée comme facteur de guerre), la réunion de ces puissances dans un congrès multilatéral de longue durée, les négociations menées par les diplomates de chaque partie dès 1643 et la reconnaissance de la souveraineté des États allemands, mettent en place des principes de fonctionnement qui sous-tendent ce qu’on a appelé ensuite « le système westphalien ». Celui-ci repose sur quatre principes :
    • un système d’équilibre des puissances évitant l’hégémonie de l’une d’elle,
    • le développement du droit international,
    • la tenue de conférences internationales régulières,
    • le développement de pratiques diplomatiques.


7 Questions pour valider vos acquis :

  1. Quel est le motif du déclenchement de la Guerre de 30 ans en 1618 ?
  2. Quelle est la grande dynastie européenne qui est au coeur de ce conflit ?
  3. Quels sont les 2 Etats qui voient leur existence et leur indépendance reconnue en 1648 ?
  4. Quels sont les Etats allemands qui enregistrent des gains territoriaux ?
  5. Vrai ou faux : La paix de 1648 instaure la tolérance religieuse dans le Saint Empire.
  6. Comment définir la notion nouvelle de « souveraineté » des Etats ?
  7. Citez 2 principes constitutifs du « système westphalien ».

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *