Home » à voir

Category Archives: à voir

Pyramides : mode, soft-power et patrimoine

un article de Sidonie PAIN /

Défilé Dior au pied des Pyramides, le premier en Égypte | AFP

C’est un défilé de mode aux pieds des pyramides au Caire. Cet événement a sûrement un impact sur le patrimoine avec toutes les personnalités qui sont venues voir le défilé et les lumières directement sur les pyramides.

5.1.+. Documentaire : Aux racines de l’anthropocène

par PSL Université (Paris Sciences et Lettres)

PSL est composée de onze établissements : Collège de France, Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique – PSL, Dauphine – PSL, École nationale des chartes – PSL, École nationale supérieure de Chimie de Paris – PSL, École normale supérieure – PSL, École Pratique des Hautes Études – PSL, ESPCI Paris – PSL, Institut Curie, Mines Paris – PSL, Observatoire de Paris – PSL
Elle bénéficie du soutien de trois organismes de recherche : CNRS, Inria, Inserm.

L’humanité a profondément et durablement affecté son environnement – à tel point qu’on parle désormais « d’anthropocène ». Comment en est-on arrivé là ? Philosophie, paléontologie, histoire, climatologie, physique, ethnologie : partez à la rencontre des chercheurs les plus en pointe de leurs domaines.

0:00 Introduction
1:06 La faute à Descartes ? [Philosophie]
8:50 Retour à l’âge de pierre [Paléontologie]
14:08 La révolution industrielle : Bascule majeure [Histoire]
23:00 CO2 et climat [Climatologie]
32:55 Par-delà Nature et Culture [Ethnologie]
40:13 Butiner la rosée [Physique]
47:54 Trouver de nouveaux modèles [Ethnologie]

Avec :
Dan Arbib, philosophe à l’ENS – PSL.
Hélène Coqueugniot, paléo-pathologue à l’EPHE – PSL.
Thomas le Roux, historien à l’EHESS.
Valérie Masson-Delmotte, climatologue à l’Université Paris-Saclay.
Philippe Descola, ethnologue, professeur au Collège de France.
Daniel Beysens, physicien à l’ESPCI Paris – PSL.

« Touchons du bois »

Après tout, c’est bientôt Noël, et les sapins aussi nous attendent… Une petite vidéo pour faire venir l’article de Damian sur le « cimetière joyeux ». Patrimoine, patrimoine… Héritage et nostalgie.

Săpânța – région des Maramureș – Roumanie – Rencontre avec Dumitru Pop Tincu, sculpteur et peintre des stèles du Cimetière joyeux

DÉMOCRATIES > dictatures…

https://www.tf1info.fr/replay-lci/video-fourest-en-liberte-du-mardi-29-novembre-2022-iran-chine-les-totalitarismes-pas-si-forts-2240266.html

Géopolitique : France / États-Unis

Le Dessous des cartes du 30 novembre 2022

Zoom sur les relations franco-américaines par l’Essentiel du Dessous des cartes. Entre la France et les États-Unis, les sujets ne manquent pas : la guerre en Ukraine, la révolution en Iran mais aussi la version Biden de l’America first. Celle-ci prévoit d’injecter des milliards dans l’économie pour accélérer la transition écologique, favorisant comme jamais le Made in USA. Une relation bilatérale qui a bien besoin d’être réchauffée. Dernier sujet pour éprouver cette « amitié retrouvée » : le prix, jugé trop élevé par les Européens, du gaz naturel liquéfié que leur vend l’allié américain.

« Mettre Paris en… » musique

En écho à l’étude du patrimoine architectural de Paris, un coup de projecteur sur cette autre facette du patrimoine de Paris :

Elles et ils chantent ou composent sur Paris, et leurs créations deviennent un peu de l’âme de Paris. Une idée pour une candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO – dans la catégorie « patrimoine culturel immatériel » ?

1. La plus amoureuse des parisiennes
2. Le plus grand du jazz in Paris
3. La plus parisienne des Parisiennes
4. Parisien du matin… ou le plus grand des noctambules ?
5. Les plus accros de Paris, toujours sur le pont !

« à lire » : Le monde de demain, par Pierre Servent

Le monde de demain – Comprendre les conséquences planétaires de l’onde de choc ukrainienne


voir à partir de 00:54:00 jusqu’à 01:24:30 (durée 30′)


Résumé

L’attaque de l’Ukraine par la Russie, le 24 février 2022, a sonné le retour de la guerre de haute intensité en Europe. Les défis qu’elle soulève dépassent largement ce cadre et la volonté de toute puissance régionale de Vladimir Poutine. Nous assistons au choc de deux visions du monde.
D’un côté, les totalitarismes russe et chinois entendent désoccidentaliser la planète et proposer à tous un modèle qui fait primer la force sur le droit et la purification des esprits sur la libre conscience.
De l’autre, les démocraties solidaires des Ukrainiens ont décidé de sanctionner la Russie, d’armer et de former l’armée de reconquête du président Volodymyr Zelensky.
Le conflit en Ukraine n’est pas encore mondial, mais il est déjà  » mondialisé « . Il va immanquablement rebattre les cartes de l’échiquier géopolitique, idéologique et économique international.
Dans cet essai, Pierre Servent, spécialiste des guerres d’hier et d’aujourd’hui, répond aux questions essentielles posées par le cataclysme ukrainien : comment revoir sans attendre notre grammaire géopolitique ? A-t-on raison d’avoir peur des régimes dictatoriaux ? Comment nous réarmer militairement, mentalement et industriellement ? Quelle physionomie aura le monde de demain ?

Question : faut-il reconstruire les monuments détruits ?

Un exemple d’une « question » pour le Grand Oral

Le Monde (2018-2019)

Un violent incendie a détruit une partie de Notre-Dame de Paris, lundi 15 avril 2019. « Cette cathédrale, nous la rebâtirons », a déclaré Emmanuel Macron une fois arrivé sur les lieux, dans la nuit, annonçant l’ouverture d’une « souscription nationale ». Au-delà de la question des moyens alloués, faut-il reconstruire la cathédrale à l’identique ? Et si oui, selon quelles méthodes ?
De telles questions se sont déjà posées pour la Frauenkirche de Dresde, le pavillon d’or de Kyoto ou encore le temple du ciel de Pékin. Tous trois ont été entièrement rebâtis bien après leur construction initiale. Pour certains, ce manque « d’authenticité », c’est-à-dire de fidélité à l’histoire, les dévalorise en tant que monuments historiques.
En France, et dans plusieurs pays d’Europe, la non-reconstruction des monuments disparus est même érigée au rang de doctrine depuis le début du XXe siècle. Cette vision des choses est loin d’être partagée partout dans le monde. Au Japon, où l’architecture est historiquement fondée sur le bois plutôt que la pierre, la reconstruction des monuments historiques est une coutume ancestrale, porteuse de sens culturel et historique.
Depuis vingt-cinq ans, la notion d’authenticité historique a ainsi été élargie par la communauté internationale à des considérations immatérielles, comme la tradition ou la fonction d’un monument. Aujourd’hui, cette authenticité immatérielle est l’un des arguments utilisés par certains en France pour remettre en question la doctrine de non-reconstruction. A Saint-Denis, par exemple, le projet de reconstruction de la flèche de la basilique, approuvé par le gouvernement en 2017, cristallise cette opposition. Faut-il reconstruire les monuments disparus ? Explications dans cette vidéo initialement publiée en décembre 2018.

4.1.1.1. Versailles : la restauration de la Salle du Jeu de paume (2021-2022)

Usages politiques du patrimoine : un exemple pris dans l’actualité.

Salle du Jeu de Paume

Le 20 juin 1789, les députés du Tiers-Etat se réunissent dans la salle du Jeu de Paume et prêtent le serment de ne pas se séparer avant d’avoir donné à la France une constitution. Cet événement fondateur de la démocratie française fut immortalisé par Jacques-Louis David dans une grande fresque laissée inachevée, visible aujourd’hui dans la salle du Jeu de Paume, récemment restaurée. 

La salle du Jeu de Paume est située dans le quartier Saint-Louis, en contrebas du château de Versailles. La salle a bénéficié d’une restauration d’envergure entre 2021 et 2022.

« à voir » : Caroline Fourest en liberté, 11/10/22

Cliquez ICI

Poutine colonise l’Ukraine au nom de la lutte anticoloniale
Poutine accuse de « nazisme » ceux qui veulent en fait se rapprocher de l’Europe libérale et démocratique
Poutine reprend en réalité l’argumentaire anti-occidental des islamistes
Poutine ambitionne de prendre la tête de la lutte contre les valeurs occidentales (et se place donc en concurrent des islamistes, de la Chine et des États africains issus de la décolonisation)
Poutine est paradoxalement soutenu en Occident par les nationalistes ou les souverainistes qu’on imaginait plutôt défendre les valeurs de l’Occident (pourquoi ce soutien : par admiration pour un régime fort et « illibéral »)