Home » thème 2

Category Archives: thème 2

Actualité : sport et géopolitique

Thème 2 – Encore une piste pour un sujet de G.O.

« à lire » : Le monde de demain, par Pierre Servent

Le monde de demain – Comprendre les conséquences planétaires de l’onde de choc ukrainienne


voir à partir de 00:54:00 jusqu’à 01:24:30 (durée 30′)


Résumé

L’attaque de l’Ukraine par la Russie, le 24 février 2022, a sonné le retour de la guerre de haute intensité en Europe. Les défis qu’elle soulève dépassent largement ce cadre et la volonté de toute puissance régionale de Vladimir Poutine. Nous assistons au choc de deux visions du monde.
D’un côté, les totalitarismes russe et chinois entendent désoccidentaliser la planète et proposer à tous un modèle qui fait primer la force sur le droit et la purification des esprits sur la libre conscience.
De l’autre, les démocraties solidaires des Ukrainiens ont décidé de sanctionner la Russie, d’armer et de former l’armée de reconquête du président Volodymyr Zelensky.
Le conflit en Ukraine n’est pas encore mondial, mais il est déjà  » mondialisé « . Il va immanquablement rebattre les cartes de l’échiquier géopolitique, idéologique et économique international.
Dans cet essai, Pierre Servent, spécialiste des guerres d’hier et d’aujourd’hui, répond aux questions essentielles posées par le cataclysme ukrainien : comment revoir sans attendre notre grammaire géopolitique ? A-t-on raison d’avoir peur des régimes dictatoriaux ? Comment nous réarmer militairement, mentalement et industriellement ? Quelle physionomie aura le monde de demain ?

« à voir » : Caroline Fourest en liberté, 11/10/22

Cliquez ICI

Poutine colonise l’Ukraine au nom de la lutte anticoloniale
Poutine accuse de « nazisme » ceux qui veulent en fait se rapprocher de l’Europe libérale et démocratique
Poutine reprend en réalité l’argumentaire anti-occidental des islamistes
Poutine ambitionne de prendre la tête de la lutte contre les valeurs occidentales (et se place donc en concurrent des islamistes, de la Chine et des États africains issus de la décolonisation)
Poutine est paradoxalement soutenu en Occident par les nationalistes ou les souverainistes qu’on imaginait plutôt défendre les valeurs de l’Occident (pourquoi ce soutien : par admiration pour un régime fort et « illibéral »)



« à voir » : le Qatar à la conquête du monde

Un documentaire Arte qui renvoie au thème « Puissances » vue en 1re-HGGSP et qui apporte également un complément d’informations pour le thème « Guerre et paix » chapitre 3 – Moyen-Orient.

Comment le Qatar, petit royaume du golfe Persique, a-t-il conquis sa place dans le concert des nations ? À travers le portrait de la famille régnante, ce documentaire explore les paradoxes d’un pays dont l’ascension fascine autant qu’elle effraie.

« à voir » : Daily Show Iraq: Ahmed Albasheer Fights ISIS With Comedy

L’humour et le rire comme armes anti-guerre ?
une piste pour la paix 🙂

ISIS : Islamic State of Iraq and Syria (« État islamique en Irak et en Syrie »)

« à écouter » : le pacifisme 1re partie, une idée d’avant-guerre

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/en-quete-de-politique/en-quete-de-politique-du-samedi-15-octobre-2022-8197291

France Inter, samedi 15 octobre 2022
« En quête de politique », une émission de Thomas Legrand

Résumé

Pourquoi n’y a-t-il plus de pacifistes (en France du moins), plus de mouvements organisés, en dehors de quelques groupuscules libertaires, alors qu’il y a toujours des guerres, et maintenant même la guerre en Europe. « En quête de politique » explore dans ce premier volet les origines du pacifisme.

2.3.5.2. Conclusion 2 : peut-on prévenir les conflits ?

Regarder l’émission du début à 10:25 et répondre aux questions suivantes :

  • Quel philosophe a écrit Vers la paix perpétuelle ?
  • Quel est le type de conflit en diminution depuis quelques décennies ?
  • Quel nouveau type de conflit se développe dans la même période ?
  • Quelle proportion de la population mondiale vit dans des zones affectées par des conflits ?
  • Dire que « les conflits sont nécessaires pour faire évoluer une société et qu’une société sans conflit n’évolue pas » veut-il dire que la guerre est nécessaire ?
  • Quelle morale peut-on tirer de l’histoire des 17 chameaux et des 3 fils ?
  • Quelle différence peut-on faire entre un conflit et une guerre selon l’anthropologue William Ury (métaphore du couple) ?
  • Quelle est la 1re règle pour réussir une négociation et éviter qu’un conflit ne se transforme en guerre ?
  • Citez la phrase de Gandhi soulignant que la guerre est forcément une impasse.
  • Selon l’exemple de Camp David (1978), quelle est la clé d’une négociation réussie (métaphore de l’iceberg) ?

ET POUR TERMINER UNE PISTE À EXPLORER :

https://lequotidien.lu/culture/festival-dhumour-de-neimenster-on-peut-rire-de-tout-meme-de-daech/

2.3.5.1. Conclusion 1 : la paix est-elle possible au Moyen-Orient ?

==> manuel Nathan : p. 156-157

1ers acteurs de la paix :

Questions :

1. Quels sont les États du Moyen-Orient dont l’existence a été sérieusement menacée depuis 1948 ?

2. Quels sont les États qui interviennent de manière indirecte dans la guerre civile au Liban (1975-1989) ?

3. Quels sont les États qui interviennent de manière indirecte dans la guerre civile en Syrie depuis 2011 ?

4. Quelle est la grande puissance dont l’influence décline actuellement au Moyen-Orient ?

5. Quelle est la puissance dont l’influence se rétablit au Moyen-Orient depuis 2011 ?

6. Quelles sont en 2022 les puissances régionales incontournables du Moyen-Orient pour espérer établir la paix ?


2e acteur de la paix : l’ONU

A voir :

https://www.publicsenat.fr/emission/un-monde-en-docs/peut-on-reformer-l-onu-48747

https://www.publicsenat.fr/emission/documentaires/onu-la-diplomatie-du-silence-48687

Question :

Sur la période allant de 1947 à 2020, quand a-t-on pu trouver un consensus international suffisant à l’ONU pour lui permettre d’agir efficacement pour la paix au M-O ?


3e acteurs de la paix : les acteurs non étatiques

Question :

Ces acteurs non-étatiques sont-ils un élément de la voie vers la paix ou au contraire une nouvelle difficulté qui va compliquer la résolution des conflits au M-O ?


La paix est-elle possible au Moyen-Orient ? Un dernier élément de réponse.

https://www.la-croix.com/Monde/Au-Moyen-Orient-normalisation-sans-paix-2020-09-20-1201115035

Au Moyen-Orient, la normalisation sans paix
(accords d’Abraham – sept. 2020)

Le 15 septembre 2020, Israël a signé à Washington des accords de normalisation de ses relations avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, sans contrepartie d’une relance du processus de paix avec les Palestiniens. Cette avancée traduit la montée des préoccupations nationales – en particulier la peur de l’Iran – au détriment de l’ancienne « solidarité arabe ».

Anne-Bénédicte Hoffner, 21/09/2020

Une table, une pelouse, de hauts responsables américain, israélien et arabes apposant leur paraphe au bas de documents baptisés « accords d’Abraham »… À l’exception de la poignée de main rendue impossible par le Covid-19, il était difficile de ne pas penser aux accords d’Oslo paraphés sous l’égide Bill Clinton en 1993 en regardant les images de la cérémonie organisée le 15 septembre dernier dans les jardins de la Maison-Blanche. Donald Trump, désormais candidat au prix Nobel de la paix, n’a-t-il pas promis à ses invités israélien, émirien et bahreïni « l’aube d’un nouveau Moyen-Orient après des décennies de divisions et de conflits » ?

À cinquante jours de l’élection présidentielle, le président le plus imprévisible des États-Unis est-il en passe de réussir là où ses prédécesseurs, y compris Barack Obama, avaient échoué ? Son « ami » Benyamin Netanyahou, le premier ministre israélien, veut y croire : à l’entendre, les accords de normalisation de leurs relations scellés entre Israël, les Émirats arabes unis et le petit royaume de Bahreïn constituent un « tournant de l’histoire », l’opportunité tant attendue de « mettre fin au conflit israélo-arabe une fois pour toutes ».

Le ministre émirien des affaires étrangères, Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, a d’ailleurs pris soin de le remercier d’« avoir stoppé l’annexion de territoires palestiniens ». En réalité, cette annexion – prévue dans le « plan de paix » américain annoncée en fanfare début janvier et qui n’a effectivement pas eu lieu le 1er juillet – n’est que « suspendue », selon les mots du premier ministre israélien lui-même…

Cette entente conclue avec des monarchies du Golfe dont les influents Émirats arabes unis augure-t-elle réellement d’une ère nouvelle dans la région ? Beaucoup restent circonspects. En premier lieu, il ne s’agit pas d’accords de paix car ils ne mettent pas fin à un conflit ni ne résolvent un différend. Comme leur nom l’indique, ils ne font que « normaliser » – autrement dit rendre publics – des liens discrets et informels qui ont perduré même après la seconde intifada en 2000 et la fermeture des « bureaux d’intérêt » (version réduite d’une ambassade) réciproques.

« De toute façon, l’ambition de Trump n’est pas la paix mais plutôt une forme de stabilisation dans la région par la concrétisation d’un rapport de force favorable à Israël », assure Xavier Guignard, spécialiste de la Palestine au sein du centre de recherche indépendant Noria Research.

Loin de favoriser la paix, ces accords pourraient plutôt la compliquer, prévient le politologue Bertrand Badie. « Ce sont des accords de coalition : ils visent à renforcer la coalition entre Tel-Aviv, Washington et les monarchies du Golfe contre l’Iran. Or on ne connaît pas une paix construite sur le renforcement des clivages ». Les conséquences qu’il entrevoit sont inquiétantes : un « raidissement » des Palestiniens, le « renforcement en retour » de la coalition iranienne entre Téhéran et ses satellites, et in fine, « un écheveau plus inextricable » encore en Syrie, en Irak ou au Liban…

Si tournant il y a, il est tout autre : ce qu’entérine la cérémonie de Washington est bien davantage la fin d’une « solidarité arabe » – déjà fragile – au profit de préoccupations nationales, voire intérieures. « Jusqu’à présent, les pays arabes refusaient la normalisation pour trois raisons », rappelle Flavien Bourrat, chercheur à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire à Paris. « La mauvaise volonté flagrante des Israéliens ; la solidarité entre pays arabes ; et le souci de leur opinion publique. Désormais, la deuxième condition n’existe plus ».

La cérémonie du 15 septembre organisée dans les jardins de la Maison-Blanche a fait voler en éclat la ligne de conduite adoptée en 2002 par la Ligue arabe sous le nom d’Initiative de paix arabe – pas de normalisation sans création d’un État palestinien – et, avec elle, toute idée de contrepartie. Désormais les dirigeants arabes ont la tête ailleurs. Le renversement de Saddam Hussein en 2003 et le début de ce qui a été perçu dans le monde sunnite comme une montée en puissance du chiisme, puis le progressif désengagement américain de la région, bousculent leur agenda.

Ils se découvrent avec Israël des ennemis communs – l’Iran, les Frères musulmans – et une furieuse envie de profiter de l’expertise technologique israélienne en matière agronomique mais aussi militaires et sécuritaires. « La fracture arabo-iranienne, pour ne pas dire sunnito-chiite, remplace la fracture arabo-israélienne », résume Raphaël Gourrada, chercheur à l’EHESS.

Si la logique politique qui sous-tend ces accords est assez claire, l’inconnue reste du côté de leur réception dans les sociétés (opinions publiques) de la région. « Côté israélien, ces accords sont d’autant plus vendables qu’ils ne font aucun compromis », estime Xavier Guignard. Du côté des petites monarchies de la péninsule arabique signataires, le musellement des opinions publiques assure un calme de surface : les réactions ont été rares, à l’exception des protestations émises par quelques ONG à Bahreïn.

Mais ceux qui affirment qu’un accord est imminent avec la monarchie saoudienne sous-estiment sans doute la difficulté pour la « gardienne des lieux saints de l’islam » de signer un accord alors que Jérusalem reste « sous occupation sioniste ». Le risque serait grand pour elle de se voir contester son rôle au sein de la communauté musulmane par l’Iran ou même la Turquie.

Se souvenant du sort tragique du président égyptien Anouar el-Sadate, les dirigeants arabes mesurent aussi le risque de renforcer l’opposition islamiste dans leurs sociétés respectives. Car d’« arabe », la cause palestinienne est progressivement devenue « islamique », rappelle Flavien Bourrat. « Les pays arabes sont pris dans une sorte de piège : ils ont brandi tellement longtemps la cause palestinienne avec des discours anti-israéliens, et parfois anti-juifs, que ceux-ci sont malheureusement dans les têtes d’une partie de leurs concitoyens, restée sur le registre de l’intransigeance ».

Et si la haine « anti-sioniste » est, ici ou là, mise en sourdine au nom de nouveaux impératifs politiques, elle fait hélas place, constatent les chercheurs, à des discours anti-chiites tout aussi vigoureux.

—————

2.3.4.3. ECD : corrigé des 14 questions

  1. Qui est Dominique de Villepin ?
    Né en 1953 au Maroc, diplomate, écrivain, avocat et homme d’État français. Considéré comme un visionnaire pour son discours à l’ONU en 2003, expliquant pourquoi la France ne participerait pas à la guerre d’Irak. Proche collaborateur de Jacques Chirac. Il est successivement ministre des Affaires étrangères entre 2002 et 2004, puis de l’Intérieur de 2004 à 2005 dans les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin, avant d’être nommé Premier ministre par le président Chirac en mai 2005.
  2. Qu’est-ce que le Conseil de sécurité de l’ONU ?
    Le Conseil de sécurité des Nations unies est l’organe exécutif de l’ONU. Il a « la responsabilité du maintien de la paix et de la sécurité internationale » et dispose de pouvoirs tels que l’établissement de sanctions internationales et l’intervention militaire. Il est composé de 15 membres dont 5 membres permanents (Chine, Russie, Etats-Unis, France, Royaume-Uni)
  3. Qui souhaite une guerre contre l’Irak en 2003 ? Pour quelles raisons ?
    Les Etats-Unis (et leurs alliés, dont le R-U et la Turquie : voir carte). L’argumentaire des E-U présenté au CS de l’ONU par Colin Powell, secrétaire d’Etat des E-U (= ministre des affaires étrangères) est que l’Irak possède des armes de destruction massive et abrite les terroristes d’ Al-Qaeda.
  4. Quelle est la situation géopolitique de l’Irak en 2003 suite à la Guerre du Golfe de 1991 ?
    La situation est politiquement et humainement catastrophique. Saddam Hussein est toujours au pouvoir. Il a massacré les populations chiites du Sud-Est de l’Irak, et gazé les populations kurdes au Nord. Les sanctions internationales ont réduit les populations civiles à la misère.
  5. Pourquoi DdV dit-il qu’il faut « préserver l’unité de l’Irak » (quels sont les enjeux géopolitiques) ?
    Car si l’Irak explose et/ou sombre dans la guerre civile, c’est la sécurité dans l’ensemble du Moyen-Orient qui sera menacé. Une remise en cause de l’intégrité territoriale ouvrirait la voie à d’autres guerres. Et l’explosion de l’Irak servirait d’abord les intérêts de l’Iran, une république islamiste qui cherche déjà à se doter de l’arme nucléaire avec le projet avoué de détruire Israël.
  1. Quelle est la nature de la menace si l’on se rapporte aux objectifs des « inspections » menées par l’ONU après la Guerre du Golfe de 1991 ?
    Guerre chimique et guerre bactériologique (la fiole que montre Colin Powell au CS de l’ONU est censée contenir de l’anthrax : bacille provoquant une maladie infectieuse mortelle).
  2. Quels arguments DdV utilise-t-il pour affirmer que la guerre n’est pas le plus court chemin vers la paix ?
    D’abord parce que « la guerre est toujours la sanction d’un échec ». Et ensuite parce que construction de la paix après la guerre sera un chemin « long et difficile ».
  1. Quelle a été la position officielle de la France sur cette question d’une 2de intervention militaire en Irak en 2003 ?
    La France a condamné cette intervention. Elle avait auparavant menacé d’utiliser son droit de veto au CS de l’ONU en cas de vote majoritaire (8/15 au moins) en faveur d’une intervention en Irak.
  2. Comment les États-Unis ont-ils accueilli ce choix géopolitique ?
    Très mal. Une violente campagne anti-française s’est développée aux Etats-Unis (french bashing). En oubliant qu’avec la France, il y avait l’Allemagne, la Russie et la Chine.
  3. Quelle stratégie ont-ils finalement adoptée ?
    Y aller sans mandat de l’ONU. Mais avec une coalition incluant entre autres le Royaume-Uni, l’Australie, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Pologne, la Turquie et l’Ukraine (voir carte).
  4. Les arguments qu’ils ont avancés pour justifier une intervention étaient-ils valables ?
    Non. Aucune arme de destruction massive trouvée. 10 ans plus tard, Colin Powell a « plaidé non-coupable » devant l’histoire.
  5. Quel bilan peut-on tirer aujourd’hui de cette 3e Guerre du Golfe (Irak 2003-2011) ?
    Un bilan extrêmement négatif. Guerre civile en Irak. Implantation des islamistes d’Al-Qaeda, mais aussi ceux de Daesh (califat d’A. B. al-Baghdadi). Confusion dans l’esprit des populations arabes entre E-U et Occident (le refus de la France a été oublié au MO). Scandale politique et moral de la torture organisée par les E-U. Le départ des E-U en 2011 fut un aveu d’échec, mais aussi un choix cynique et égoïste de l’administration Obama. Une grande déception pour ses soutiens.
  6. En quoi ce bilan a-t-il pu influencer la position des EU de Barak Obama sur la question d’une intervention dans guerre civile en Syrie (depuis 2011) ?
    Barak Obama avait suscité des espoirs dans le monde avec son discours du Caire (2009). Mais après le retrait des troupes américaines en 2011 (annoncé dans son programme en 2008) et les difficultés d’un retrait des troupes américaines d’Afghanistan (intervenu dans des circonstances catastrophiques en septembre 2021 sous la mandat de J. Biden), Obama ne souhaite pas ouvrir un nouveau front au MO. C’est pourquoi, bien qu’ayant menacé B. el-Hassad (Syrie) d’une intervention en cas d’utilisation d’armes chimique contre ses populations, il recule finalement, abandonnant au passage la France qui souhaitait une intervention militaire conjointe.
  7. Résumez brièvement la situation politique en Irak en 2022.
    Eh bien…

2.3.4.2. Étude critique de document

La France s’oppose en 2003 à une intervention militaire de l’ONU en Irak

lien essentiel pour comprendre les enjeux de ce discours :

https://www.arte.tv/fr/videos/074567-011-A/les-grands-discours-dominique-de-villepin/

 Les grands discours : Dominique de Villepin – Non à la guerre d’Irak

Le 14 Février 2003, au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU, Dominique de Villepin refuse d’engager la guerre contre Saddam Hussein portée par les États-Unis et la Grande-Bretagne. D’une voix claire et posée, il prononce un puissant discours pour la paix. Malgré tout, ces mots n’auront pas empêché le conflit d’avoir lieu.
L’ONU est sans doute l’un des temples fameux des discours de notre siècle. C’est ici à New-York que les chefs d’États et leurs représentants unissent ou dissocient leurs voix.
Février 2003, à la table du Conseil de sécurité, deux camps s’opposent au sujet de l’Irak : celui de la guerre contre Saddam Hussein portée par les États-Unis et la Grande-Bretagne, et celui de la paix dont la France prit la tête. Le 14 février, le ministre des Affaires étrangères français, Dominique de Villepin, trace par les mots un chemin vers une solution pacifique et se fait ainsi le porte-parole des nations et des peuples opposés à cette guerre. Malgré tout, le conflit aura lieu et quatorze ans après, comme le prédisait le ministre français, la paix reste encore à construire.
Quels ont été les dessous de cette bataille diplomatique ?
Pourquoi ce discours résonne-t-il encore à l’ONU aujourd’hui ?

Réalisation : Jean Bulot (France, 2017)
disponible jusqu’au 30 juin 2022 (?)


En bleu, les Etats participant à la coalition américaine favorable à une intervention en Irak en 2003


QUESTIONS préparatoires :

  1. Qui est Dominique de Villepin ?

  2. Qu’est-ce que le Conseil de sécurité de l’ONU ?

  3. Qui souhaite une guerre contre l’Irak guerre ? Pour quelles raisons ?

  4. Quelle est la situation géopolitique de l’Irak en 2003 ?

  5. Pourquoi DdV dit-il qu’il faut « préserver l’unité de l’Irak » (quels sont les enjeux géopolitiques ?) ?

  6. Quelle est la nature de la menace si l’on se rapporte aux objectifs des « inspections » menées par l’ONU après la Guerre du Golfe de 1990-1991 ?

  7. Quels arguments DdV utilise-t-il pour affirmer que la guerre n’est pas le plus court chemin vers la paix ?

  8. Quelle a été la position officielle de la France sur cette question d’une 2de intervention militaire en Irak en 2003 ?

  9. Comment les États-Unis ont-ils accueilli ce choix géopolitique ?

  10. Quelle stratégie ont-ils finalement adoptée ?

  11. Les arguments qu’ils ont avancés pour justifier une intervention étaient-ils valables ?

  12. Quel bilan peut-on tirer aujourd’hui de cette 3e Guerre du Golfe (Irak 2003-2011) ?

  13. En quoi ce bilan a-t-il pu compter dans la position des EU de Barak Obama sur la guerre civile en Syrie (depuis 2011) ?

  14. Quelle est la situation politique en Irak en 2022 ?

Consigne :

Après avoir rappelé le contexte géopolitique de l’Irak en 2003, vous analyserez les raisons et les enjeux liés au refus de la France de s’aligner sur la position des EU, puis les conséquences de cette 3e guerre du Golfe jusqu’à aujourd’hui.